Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/04/2016

Berlinoises et Parois Moulées

Mode opératoire

Une paroi moulée est un écran étanche et structurel en béton armé moulé dans le sol.

On réalise dans un premier temps un ouvrage provisoire appelé murette-guide : il s'agit de deux murets en béton armé d'environ 30 cm de large, qui permettent de matérialiser l'implantation de la future paroi et de guider l'outil de forage.

Dans un deuxième temps, le forage a lieu à l'aide d'une benne hydraulique ou d'une fraise. La stabilité de l'excavation est assurée par un fluide de forage de type boues constituées à partir de bentonite ou de polymères.

On traite ensuite les boues de forage afin de diminuer la quantité de particules de terrain présente dans ces boues. À la fin de cette opération, on peut mettre en place les cages d'armatures à l'aide de systèmes de levage.

Dernière opération, le bétonnage est effectué directement en tête de paroi, à l'aide d'un tube plongeur.

La jonction entre panneaux peut se faire soit par utilisation d'un coffrage métallique spécifique permettant la mise en place d'un joint water-stop, soit selon la technique de forage, en remordant le panneau réalisé dans un premier temps. 

Domaine d'application

Cette technique est particulièrement efficace pour des projets de soutènement en terrains saturés, où les parois peuvent être réutilisées pour l'ouvrage définitif.

La distance minimale entre le nu d'un existant et le nu de la future paroi est de 30 cm. La paroi peut avoir une épaisseur allant de 40 cm à 1,50 m.

Cette technique peut être utilisée également en alternative à des pieux de gros diamètre, en mettant en place un ou plusieurs panneaux de manière isolée pour reprendre les charges verticales et horizontales de la structure. On parle alors de barrettes.

 

Voir la vidéo ...

 

 

20/04/2016

Moment d'Inertie

Lorsqu'une section ne présente pas d'axe de symétrie, les repères définis pour le calcul des propriétés de la section ne sont pas obligatoirement les repères principaux. Pour cela, il nous faut pivoter le repère de calcul. Si {Gyz} était notre repère de calcul, en le faisant pivoter autour du barycentre, nous trouvons alors une repère {Gy'z'}. 

 

Il est possible de passer du premier repère au second repère grâce à une matrice de changement de base.

Ainsi, nous pouvons exprimer les moments quadratiques non pas dans le repère {Gyz} mais dans le repère {Gy'z'}. Grâce à la relation qui existe entre les 2 repères, il nous est alors possible de trouver la relation entre les moments quadratiques, comme suit :

 

Physiquement, le moment d’inertie peut être vu pour un système en rotation comme l’analogue de la masse pour un système en translation. En effet, plus la masse d’un système est importante et plus sa mise en mouvement requiert de l’énergie. De même,le moment d’inertie quantifie la résistance d’un corps à se mettre en rotation ou à se freiner.

15/04/2016

LES LOIS DE NEWTON

Les Lois de Newton sont trois, et assez connues de tous. Ces trois Lois sont simples à énoncer, complexes dans leurs solutions. A l'époque, c'était une révolution conceptuelle. Aujourd'hui, elles font toujours phosphorer les savants dès que l'on atteint trois corps ensemble. En fait, La mécanique céleste commence a être très compliquée à partir de trois objets!

Screw_221789_1326750.jpg

Il faut noté que Galilée, Descartes et Gassendi, connaissaient plus ou moins ces lois. Mais, c'est à Newton que revient l'honneur de les avoir rassemblées et formulées. Elles sont la base de la Mécanique Classique et la découverte du concept de la quantité de mouvement donne une véritable "impulsion".

  

Première loi (loi d’inertie, Galilée)

Tout corps qui n’est pas soumis à l’action de forces extérieures persiste dans son état de repos ou de mouvement rectiligne uniforme (sous-entendu : par rapport à un référentiel au repos ou en mouvement rectiligne uniforme par rapport à « l’espace absolu » = réf. « galiléen »)

NB.: « pas soumis à l’action de forces extérieures » signifie que, si elles existent, leur effet résultant est nul, qu’elles « se compensent » 

Deuxième loi (variation de la quantité de mouvement)

Une force extérieure agissant sur un corps pendant un temps Δt modifie la quantité de mouvement du corps de la quantité (ΔP=F.Δt) , où la quantité de mouvement : (P=m.V).

  1. cette modification est en grandeur et en direction : vecteurs !
  2. ce qui compte : la force « résultante » : principe de superposition des forces.
  3. force « instantanée » : F =dP/dt

Troisième loi (action - réaction)

Deux corps en interaction exercent l’un sur l’autre des forces égales en intensité et de sens opposés.

Attention : les forces s’exercent sur des corps différents !

Unités des forces : [N] = [kg] [m] [s-²]